Blogue

Résultats de la recherche

    Sexurbia, les banlieues du désir

    Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 24/04/2013
    Catégories: Erotisme

    Rien ne vouait, a priori, la banlieue à l'érotisme dionysiaque. Rêve édénique, la «banlieusation» de l'Amérique d'après-guerre était avant tout une promesse de refondation symbolique de la Nation. Prolongeant la tradition idéologique qui a volontiers représenté l'Amérique rurale comme un Paradis continuellement perdu et son industrialisation comme une Chute symbolique, il s'agissait d'une sorte de retour aux sources, loin de la Ville corruptrice.

    Thèmes et concepts: 
    Auteur(s): 
    Antonio Dominguez Leiva

    L'homme qui rit, un mythe méconnu

    Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 10/04/2013

    Dans L'homme qui rit (1869), Victor Hugo inventait Gwynplaine, mythique personnage dont le visage cicatrisé lui imprime un rire tragique. Marc-André Grondin incarne ces jours-ci au cinéma celui qui, dans la toute première bande dessinée Batman, deviendra le Joker, dans un étonnant renversement des rôles qui aura commencé dans le film expressionniste The Man Who Laughs, de Paul Leni. Le rire martyre de Gwynplaine se transforme alors en sourire cruel: celui du psychopathe dangereux.

    Auteur(s): 
    Antonio Dominguez Leiva

    Die Hard ou le retour du Action Hero reaganien

    Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 27/02/2013
    Catégories: Idéologie

    Pour la cinquième fois en carrière, Bruce Willis endosse le costume de John McClane, héros de la série Marche ou crève, dans le film Une belle journée pour crever. Héros reaganien, c'est-à-dire représentatif d'une Amérique se percevant comme surpuissante et comme le lieu de tous les possibles,  John McClane est un «héros récalcitrant» qui doit puiser dans un «véritable retour aux sources de l'individualisme américain» pour vaincre par débrouillardise et obstination, dans l'effroi et dans le dépassement de soi.

    Thèmes et concepts: 
    Auteur(s): 
    Antonio Dominguez Leiva

    Le monde est rouge comme une orange mécanique

    Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 13/02/2013
    Catégories: Violence

    Orange mécanique, d'Anthony Burgess, roman adapté par Stanley Kubrick au cinéma, a marqué l'imaginaire parce qu'il mettait en lumière la panique grandissante en Grande-Bretagne devant l'émergence de sous-cultures juvéniles, ainsi que la peur de la déshumanisation étatique. Alors qu'une adaptation théâtrale québécoise se prépare, Antonio Dominguez Leiva décrypte le phénomène populaire.

    Thèmes et concepts: 
    Auteur(s): 
    Antonio Dominguez Leiva

    Esthétique de l'éjaculation

    Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 06/02/2013

    L'éjaculation fut jadis frappée d'un interdit biblique. Aujourd'hui, elle est exposée partout, en littérature comme dans le cinéma pornographique. Dans son plus récent essai, L'esthétique de l'éjaculation, Antonio Dominguez Leiva formule la thèse selon laquelle la semence masculine fut un tabou central dans la construction de la sexualité occidentale et elle se trouve aujourd'hui au centre d'un fétichisme économique dans l'industrie de la pornographie. 
     

    Auteur(s): 
    Antonio Dominguez Leiva

    Retour à la Beat Generation

    Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 30/01/2013
    Catégories: Culte

    Longtemps jugé inadaptable, le roman On the road, de Jack Kerouac, a finalement été porté à l'écran par le réalisateur brésilien Walter Salles. Le roman phare de la beat generation défend la liberté absolue de l'individu, dans une volonté nietzschéenne d'émancipation, au moment où triomphe «la manufacture du consensus» et réinvente la Frontière, fut-ce sur les traces de sa disparition même. Éloge de la fuite alors que les «petites boîtes» des pavillons de banlieue s'étendent sur cette terre qui fut avant tout une Route.

    Genres: 
    Auteur(s): 
    Antonio Dominguez Leiva

    Gangster Paradise: Le Grand Non Américain

    Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 16/01/2013
    Catégories: Crime

    Pour Warshow, le premier théoricien du genre (The Gangster As Tragic Hero, 1948), le gangster incarne le revers du Rève Américain, «le Non au Grand Oui Américain qui est imprimé partout dans notre culture officielle et qui pourtant a si peu à voir avec la façon dont nous nous sentons véritablement à propos de nos vies». Archétype du Self-made Man, le gangster transforme en cauchemar le rêve du bonheur chiffré dans le succès, qui voudrait éclipser l'horizon tragique de l'expérience américaine, finit par tourner les individus les uns envers les autres et génère son propre revers, «un sens de désespoir et d'inévitable échec».

    Thèmes et concepts: 
    Auteur(s): 
    Antonio Dominguez Leiva

Pages