Nous accueillons dans cette section des articles individuels sur toute question ayant trait à la culture populaire contemporaine et qui ne s’inscrivent pas (pour l’instant) dans aucun des dossiers thématiques proposés.
 
La longueur des articles est variable. POP-EN-STOCK accepte une limite inférieure équivalente à sept ou huit pages (3000 mots), afin de favoriser la publication rapide, mais peut aussi accepter des articles beaucoup plus longs selon l’offre (n’étant pas limitée par un impératif de préservation de la forêt boréale).
 
POP-EN-STOCK étant en perpétuelle évolution, certains de ces articles seront éventuellement intégrés à de futurs dossiers thématiques au fur et à mesure de leur création, selon des critères de cohérence et de pertinence.

Zone Libre

Résultats de la recherche

    De Riverdale à Riverdale: construction et renversement du mythe de la banlieue

    Soumis par Claudia Jessica Dubé le 09/02/2018

    Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, le déclin graduel de l’intérêt du public pour les superhéros (Wright: 72) incite certains joueurs de l’industrie de la bande dessinée à investir dans le genre moins exploité de la bande destinée humoristique destinée aux adolescents. Alors que la menace nucléaire représente un danger auquel les superhéros ne peuvent remédier de manière simple et définitive, les créateurs de bandes dessinées, malgré leurs nombreuses tentatives, échouent à offrir des solutions satisfaisantes et cohérentes à une situation réelle les inquiétant tout autant que le reste de la population (Wright: 72).

    «Marie Antoinette», de Sofia Coppola: on ne naît pas reine, on le devient

    Soumis par Julie Levasseur le 09/02/2018

    Privilégiant le privé au politique, le troisième long métrage de la cinéaste américaine Sofia Coppola, Marie Antoinette (2006), se présente comme un drame historique révisionniste. À la fois hué et acclamé lors de sa première projection au Festival de Cannes, le film propose une réactualisation du mythe de la dernière reine de France du point de vue du «deuxième sexe». Le présent article se penche sur la façon dont Coppola met en scène le processus de construction de l'identité féminine conduisant à l'isolement de la femme dans les structures de pouvoir masculines, ainsi que les moyens qui s'offrent à elle pour y échapper.

    Netflix: le refus de la futurité queer

    Soumis par Bonenfant, Luc le 08/11/2017

    Dans un documentaire de 2014 dont le titre –Do I Sound Gay?– en révèle de manière explicite le contenu, Ron Smyth, un professeur de linguistique de l’Université de Toronto, remarque que dans nos sociétés nord-américaines contemporaines, «un auditeur perçoit une voix à sonorité gaie comme une voix à sonorité féminine. Ceci indique un stéréotype d’ordre culturel. […] Les gens souhaitent que les hommes gais soient comme des femmes […]» (je traduis). De fait, comme l’explique ensuite le linguiste, si les gens souhaitent que l’homme gai soit comme une femme, c’est qu’il sera ainsi moins séditieux, qu’il pourra être rangé dans une catégorie qui reconduit en quelque sorte le confort de nos vies ordinaires et balisées. Pour frappante qu’elle soit, la remarque de Smyth reconduit un jugement de valeur attribué à ceux qu’on regroupe souvent trop rapidement sous l’étiquette du «monde ordinaire».

    Pourquoi l'Internet est-il le vecteur d'idées douteuses et fausses?

    Soumis par Marc Angenot le 02/11/2017

    Je propose de partir d’un article tout récent, justificatif de son éthique et de ses méthodes, paru dans le Monde: «Intox bête, réponse courte : comment nous adaptons notre réponse aux fausses informations. Face à la multiplication des petits et gros bobards, nous mettons à jour nos outils.» Le Monde, 10.07.2017 relève systématiquement et dément des informations dites «virales» qui circulent exponentiellement sur le web: 1. De la viande humaine a été trouvée dans des McDonald’s, les amateurs de big mac sont des anthropophages inconscients, victimes du Grand capital et de la mal-bouffe; et 2. la police nationale française s’apprête à autoriser ses agentes à porter un hijab intégral. Ce sont des «infos» qui circulent bel et bien sur les réseaux sociaux, et «massivement» dit le journal. 3. Accusée par des sites complotistes, la NASA se voit obligée de nier qu’elle ait établi des colonies d’enfants-esclaves sur Mars. Un « expert» interrogé par les complotistes d’Infowars a affirmé avec conviction que selon ses «sources» des enfants étaient enlevés pour devenir esclaves sur Mars. Ce qui suppose que la Nasa y entretient depuis longtemps des bases secrètes ... La NASA a publié un démenti sur son site officiel. Voir Le Monde, 03. 07. 2017. — Question pour vous: Pourquoi ses avocats ont-ils conseillé à la NASA de ne pas passer outre ?

    Johnny Cash: un héros aux mille et un visages

    Soumis par Jonathan Fruoco le 26/08/2017

    Les spectateurs sortant des salles de cinéma projetant l’ultime volet des aventures de Wolverine ont sans doute été surpris d’être accompagné hors de l’univers des X-Men par la voix rocailleuse de Johnny Cash, chantant l’une de ses dernières compositions, The Man Comes Around (Cash, 2002). Ce choix musical n’a évidemment rien d’étonnant lorsque l’on sait que James Mangold, réalisateur de Logan, a également réalisé un film biographique sur la vie de Johnny Cash, intitulé Walk the Line (2005). Ce n’est toutefois pas la première fois que la voix de Cash se fait entendre dans la culture populaire ces dernières années, puisqu’elle accompagne assez régulièrement des bandes annonces de blockbusters, illustre le parcours de personnages dans des séries télévisées et résonne ici et là dans la filmographie de Quentin Tarantino.

    «Requiem for a Dream, de Darren Aronofsky: une critique postmoderne du rêve américain

    Soumis par Julie Levasseur le 26/08/2017

    Adapté du roman éponyme de Hubert Selby Jr., le second long métrage du réalisateur américain Darren Aronofsky, Requiem for a Dream, fait partie de ces films qui marquent la mémoire des spectateurs. Considéré par plusieurs critiques comme un film culte, le drame psychologique paru en 2000 présente la descente aux enfers de quatre protagonistes aux prises avec une dépendance. Le présent article vise à analyser le film d'Aronofsky selon la perspective d’une critique postmoderne du «rêve américain». Au-delà d’une mise en garde contre les conséquences de la dépendance à la drogue, Requiem présente avant tout une critique de la dépendance à l’image associée à la culture de masse des États-Unis.

    Les extensions technologiques dans «Videodrome»

    Soumis par Karolyne Chevalier le 01/05/2017

    De tous les temps, les artistes ont observé, décortiqué et tordu le corps humain. Mais qu’en est-il lorsque la réalité technologique le fait disparaître? Ce travail propose de regarder comment Videodrome se sert d’un snuff movie pour révéler que les nouvelles technologies médiatiques entraînent un changement de paradigme dans l’ordre symbolique, et que cela laisse entrevoir l’idée de la mort du monde humain et organique au profit d’un autre, télévisuel et artificiel. Nous verrons tout d’abord par le récit de David Cronenberg que l’homme attribue une place signifiante à son double technologique, doté de certaines de ses caractéristiques biologiques.

    Transsexualité, gérontophilie et masochisme: l’amour et la sexualité dans l’œuvre des Trois Accords

    Soumis par Kevin Voyer le 01/05/2017
    Catégories: Erotisme, Esthétique

     

    Dès leurs débuts sur la scène musicale québécoise, le groupe Les Trois Accords nous a habitué à des mélodies accrocheuses jumelées à des paroles que certains ont qualifiées d’absurdes (Papineau, 2012: 130). À travers ce flot de paroles en apparence illogiques et loufoques, est-il possible de dégager une analyse cohérente?

    Samurai Champloo: le métissage culturel comme vecteur de revitalisation. Culture populaire et tournesols

    Soumis par Laurence Perron le 01/04/2017

    Dans la série animée Samurai Champloo de Shin’ichirō Watanabe, le contexte diégétique (un Japon médiéval) est traversé de pratiques artistiques et discursives contemporaines (essentiellement américaines). La tension produite par l’hybridation culturelle donne à voir une collision entre les univers esthétiques d’où surgit le commentaire social. En ce sens, le travail de Watanabe nous donne à lire un monde et sa critique dont l’astuce consiste justement à déplacer la focalisation spatio-temporelle pour à la fois déjouer le problème de la subversion directe et pour donner lieu à une expression créatrice tout à fait originale et inédite.

    La vie littéraire, phénomène afterpop?

    Soumis par Charles Gauthier-Ouellette le 01/04/2017

    Il est difficile de se faire une opinion de cet étrange petit livre de Mathieu Arsenault, publié aux éditions Le Quartanier en 2014. Dans une langue dénuée de ponctuation, La vie littéraire évite toute catégorisation précise, se situant en marge de l’essai et du roman. Enchaînant les références contemporaines dans un franglais montréalais, où le discours oral côtoie le discours soutenu, ce livre aborde les grandes réalités du milieu littéraire d’aujourd’hui, que ce soit les salons du livre ou les prix littéraires.

Pages