2010 +

YouTube, Univers Néobaroque (1): réitération, frénésie et excentricité

Catégories: Cyberespace, Numérique

C’est six ans après le célèbre Video Killed the Radio Star des Buggles qui inaugurait de façon étrangement ambivalente (le groupe s’inspirait d’une nouvelle dystopique de J. G. Ballard sur un monde d’où la musique aurait été bannie) l’avènement de l’industrie culturelle du vidéoclip et l'année même où Madonna se phagocytait elle-même pour la première fois dans les remix (pratique alors toute nouvelle) de You Can Dance que le sémiologue italien Omar Calabrese théorisait L’ère néobaroque (1987) dans une étude magistrale qui a dû souffrir un long ostracisme avant de revenir en force dans le tournant du XXIe siècle.

Notre Dame du Superbowl ou la fatigue d'être néobaroque

«On appellera effet de barbarie toute forme de stérilité humaine dans les champs de l'éthique, de la politique, de l'éducation et de la culture (…) Il y a effet de barbarie chaque fois qu'une action, une production ou une institution de l'homme engagé dans la vie sociale n'élabore plus de sens, mais le détruit ou le consomme, en une sorte de parasitage des œuvres antérieures ou de leur résidu historique.» (Jean-François Mattéi, Dictionnaire de la violence, PUF, 2011, p. 130)

Pages

S'abonner à 2010 +