Hunger Games, à l'ombre de la Grande Récession

http://en.wikipedia.org/wiki/File:HungerGamesPoster.jpg

Hunger Games, à l'ombre de la Grande Récession

 

Écrit au cœur de la «Grande Récession» économique, Hunger Games (2008) éveille dès son titre le spectre du traumatisme qui le fonde, la paupérisation, voire tiers-mondisation de la «terre de l'opulence», «the land of plenty». Quatre ans après l'adaptation filmique s'inscrit toujours à l’ombre de cette angoisse, véritable retour du refoulé au sein du monde globalisé par l'hyperconsommation.

Recyclage (l'ère étant, de facto, dévolue aux remakes et aux réécritures) d'un topos convenu de la dystopie science-fictionnelle, celui de la chasse à l'homme télévisuelle la saga s'adresse à ce nouveau public adolescent déniché (et, pourrait-on dire, refondé) par Rowling dans sa reprise de la mythologie traditionnelle de la Fantasy et ensuite vampirisé par Stephenie Meyer. De même que celle-ci réinventait l'érotique vampirique pour les nouveaux teens des virginity balls, Collins reprend la tradition dystopique des chasses à l'homme médiatiques pour en faire une tragédie du coming of age en milieu néolibéral.

Le succès de cette opération (l'œuvre est devenue la «favorite de tous les temps» sur Kindle, détrônant même Jane Austen dans les passages les plus souvent «soulignés» par les utilisateurs) en fait un véritable phénomène de masses que nous ne pouvons ignorer et qui ouvre à quantité d'interprétations. S'agit-il d'une attaque du Big Governement en vertu des valeurs du «survivalisme» darwinien des Pionniers américains ou au contraire d'un manifeste contre le fascisme de l'Amérique post-bushiste, en syntonie avec la génération de Occupy Wall Street? Est-ce un manuel de survie pour les adolescents de la crise économique ou une contestation de la manipulation médiatique?

Seront analysés les différents aspects de cette saga, de l'idéologie politique à la politique des genres sexuels, de la topique science-fictionnelle aux problèmes d'adaptation filmique et aux prolongements hypermédiatiques de cet univers de fiction en fulgurante expansion.

 

N'hésitez pas à nous envoyer vos textes. Les dossiers thématiques POP-EN-STOCK, comme les articles individuels, sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique «lancé», il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration. Le(s) directeur(s) d’un dossier s'engage(nt) à évaluer et éditer les nouvelles propositions à leur dossier pour une durée de deux ans, sous la supervision des directeurs de la revue.

La longueur des articles est variable. POP-EN-STOCK accepte une limite inférieure équivalente à sept ou huit pages (3000 mots), afin de favoriser la publication rapide, mais peut aussi accepter des articles beaucoup plus longs selon l'offre (n'étant pas limitée par un impératif de préservation de la forêt boréale).

Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 31/03/2012
Catégories: Dystopie, Dystopies

Dès la scène d’ouverture de Hunger Games, on va suivre l’héroïne, point focal, comme dans le roman, de notre perception de l’univers dystopique de Panem. Nous sommes au cœur de la pastorale américaine, sauf que les fermes des pionniers ancestraux sont désormais entourées de fils barbelés, commentaire déjà désenchanté sur le grand espace fondateur de la Nation.

Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 31/03/2012

Écrit au cœur de la «Grande Récession» économique, Hunger Games (2008) éveille dès son titre le spectre du traumatisme qui le fonde, la paupérisation, voire tiers-mondisation de la «terre de l’opulence», «the land of plenty». Quatre ans après l’adaptation filmique s’inscrit toujours à l’ombre de cette angoisse, véritable retour du refoulé au sein du monde globalisé par l’hyperconsommation.

Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 30/03/2012

À l’origine, il y aurait eu un effet de zapping. «Je passais d'un show de téléréalité à un reportage sur la guerre quand les images se sont brouillées dans ma tête», affirme Suzanne Collins. «J'ai vu des jeunes gens faire des choses inouïes pour de l'argent et d'autres en train de disputer une véritable guerre. Il y a un frisson de voyeurisme à voir des gens se faire humilier ou souffrir que je trouve très dérangeant. Cela désensibilise le public. Du coup, quand ils sont témoins d'une véritable tragédie -via les informations-, ça n'a pas l'impact que ça devrait avoir.»