Fiction

Sous le velours la guerre!

Catégories: Fiction, Cinéma

La mise en scène d'un bungalow dès la séquence initiale de Blue Velvet (1986) de David Lynch le montre sans ambages: le bungalow est l'expression par excellence du rêve américain, utopie naïve reposant sur des valeurs toutes simples, pour ne pas dire simplistes, parmi lesquelles on note l'autonomie, la sécurité, la simplicité, la domestication de la nature, la famille, la prospérité, etc. C'est dire que le bungalow et la banlieue qu'il incarne sont les révélateurs d'une axiologie ancrée à même les assises de l'imaginaire américain.

L’imaginaire du plus commun dans l’œuvre de Stéphane Lafleur

Catégories: Fiction, Cinéma

La banlieue, territoire de prédilection de Stéphane Lafleur, prend l’allure d’un territoire sauvage à coloniser, un no man’s land traversé par les autoroutes, bordé par les champs et ponctué de boisés pour aller se perdre. Ses deux films, Continental, un film sans fusil (2007) et En terrains connus (2011), mettent en scène une esthétique du plus commun, avec en son centre le bungalow. Lafleur y fait l’inventaire de ce qui pourrait constituer l’ordinaire dans le cinéma québécois contemporain.

La randonnée sauvage d’un portrait de famille dans À l’ouest de Pluton

Catégories: Fiction, Cinéma

Plusieurs œuvres sur la banlieue la présentent sous l’angle du noyau familial en perdition: les préoccupations des parents sont superficielles, la mère a une aventure avec le voisin, le fils se drogue en cachette. Chacun vit seul avec ses secrets. Dans cette vision stéréotypée qu’incarnent Desperate Housewives ou Vice Caché, plusieurs adolescents, lorsqu’ils s’expriment, critiquent le mode de vie de leurs parents et affichent clairement leur haine de la banlieue.

Histoires vraies 2: Mélancolie de banlieue

Catégories: Fiction

La mélancolie, dans l’art comme dans la littérature, est présente dans un corpus d’œuvres considérable. On la reconnaît à son iconographie typique: des représentations d’hommes prostrés, la tête dans la main, semblant absorbés par une réflexion douloureuse. Cette posture communément appelée la figure de la tête penchée, c’est la pose de l’affliction que prend l’endeuillé. Or, tout ça, je ne sais pourquoi, me rappelle la tristesse des rues de mon enfance. À Brossard.

Histoires vraies 3: Boundary Road

Catégories: Fiction

Limoges Ontario est un petit village perdu le long de la 417, entre Montréal et Ottawa, plus près d'Ottawa que de Montréal, une sorte d'excroissance trop loin de la Capitale pour être une banlieue et trop laide pour faire partie du patrimoine. Limoges Ontario est un festival de tôle, de plywood et de rouille dont l'âme se résume à l'église plantée au milieu du village, un oasis style Astérix où malgré l'envahisseur on continue à baragouiner le français.

Effets de miroir ; effets de lecture. La maison des feuilles, de Mark Z. Danielewski

Catégories: Fiction

Le récit hyper métafictionnel qu'est La maison des feuilles pose dès le début sa construction complexe et labyrinthique. L'auteur américain Mark Z. Danielewski s'amuse avec l'aspect formel de l'oeuvre, en utilisant une grande variété de ressources. Ce qui ressort le plus (outre l'utilisation de différents caractères, de couleur, de biffage, d'onomatopées, de symboles, d'espaces, de formes, etc.) est sans contredit l'utilisation de notes en bas de page.

«I want to die whenever it's not him»: descente chez les twihards

Chez les littéraires comme chez les fans de vampires (les deux catégories se recoupant parfois), la série Twilight (Meyer, 2007 [2005]; 2007 [2006]; 2007; 2008) est souvent considérée davantage comme un plaisir coupable, une lecture inavouable, que comme un réel objet d’analyse.

Pages

S'abonner à Fiction