Superhéros

Daredevil, la dernière tentation

Soumis par Francis Ouellette et Jean-Michel Berthiaume le 28/04/2015

Pour le podcast no. 57, nous vous offrons la seconde partie de notre volet DAREDEVIL. Avec la venue du comic moderne, Daredevil devient la figure de proue des anti-héros qui domineront les décennies qui suivront. Avec l'aide d'un certain Frank Miller, DD incarne les angoisses de son époque, la fin d'un rêve, le début d'une nouvelle bataille, jusqu'à la série de Netflix qui fait l'apologie assumée de cette incarnation du personnage. POP-EN-STOCK déconstruit le mythe de l'homme sans peur à l'époque de toutes les terreurs.

Le Crépuscule des Super-héros

Apparus au lendemain du krach boursier comme personnages phares des comic books adoptés comme lecture de prédilection par les enfants de l’époque, les superhéros, avec leurs costumes colorés et leurs pouvoirs extravagants, émergèrent comme la version américaine du mythe du surhomme. «Héros positif qui doit incarner, au-delà de toute limite, les exigences de puissance que le citadin ordinaire nourrit sans pouvoir les satisfaire» selon les termes de la célèbre analyse d'Umberto Eco dans Le mythe de Superman, le superhéros américain est condamné à perpétuer une série d'idéologèmes inscrits dans la structure de ses récits mêmes (ne pouvant se consumer, il est voué à une temporalité itérative qui annule toute progressivité; modèle de l'homme «hétérodirigé», il est une «conscience civile complètement séparée de la conscience politique»).

Le pouvoir de faire la différence: Écritures identitaires dans Uncanny X-Men (2)

Si Phœnix, nous l'avons dit, incarne la machine identitaire déglinguée, Proteus et ses pouvoirs homogénéisant est conceptuellement plus passionnant, faisant face à des mutants dont l'identité repose existentiellement sur ces pouvoirs qui les rendent différents, ces pouvoirs qui font la différence.

Batman, le chevalier obscur

Directeur(s): 

Héritier de l'archétype du Justicier masqué qui articulait le roman populaire du XIXe siècle jusqu'aux pulps dont il est contemporain, Batman incarne la face sombre du super-héroïsme américain. Puisant dans l'iconographie symbolique du Mal pour terroriser les criminels, le héros fera corps avec cette chauve-souris qui est son enseigne guerrière (devenue logotype dans la Bat-signal) et dont la Bat-suit épouse les formes.

Dossier(s) associé(s): 

Daredevil, de l'âge d'or à l'âge moderne

Soumis par Francis Ouellette et Jean-Michel Berthiaume le 20/04/2015

Premier volet DAREDEVIL: de l'âge d'or à l'âge moderne. Alors que Netflix triomphe avec sa série, Pop-en-stock remonte aux origines du personnage. Avant Frank Miller, Bendis et l'âge moderne du comic, le héros cornu était un tout autre type de personnage et ses mérites n'étaient pas des moindres! En prime: quelques suggestions de lecture!

Peur et technologies, les effets d’un monde en crise dans les nouveaux Batman

Pour évoquer le personnage de Batman, qui pourrait constituer une image d’Epinal du vigilante et du justicier masqué dans l’imaginaire collectif, il faut rappeler que sa carrière est longue et s’exprime sur des supports variés. Héros de comics books avant tout, il fut depuis sa création par Bob Kane et Bill Finger en 1939 décliné sur tous les supports: télévision, cinéma, romans, jeux vidéo et de multiples produits dérivés. Ainsi, lorsque le premier long-métrage éponyme de Tim Burton voit le jour en 1989, c’est un personnage déjà connu depuis de nombreuses années qui prend vie pour le grand public, reprenant un personnage porté à l’écran à de nombreuses reprises auparavant.

The Invisibles

Soumis par Jean-Michel Berthiaume le 02/10/2014

Nous célébrons le vingtième anniversaire de ce que nous considérons (sans hésitation et exageration aucune) le plus grand manifeste de la culture pop de la fin du 20e siècle (et un guide de survie pour le 21e!), la série de comics THE INVISIBLES. L'opus magnus de l'auteur écossais Grant Morisson, véritable bombe conceptuelle dont la déflagration aura servi à ébranler les consciences, aura été (EST ENCORE) l'oeuvre de référence pour une génération de geeks, d'occultistes et d'anarchistes.

Le paradoxe de Wonder Woman

Soumis par Francis Ouellette et Jean-Michel Berthiaume le 02/10/2014

Elle fut la première super-héroïne digne de ce nom mais dès les premiers jours de son existence, l'Amazone est venue avec son lot d'ambiguités: pacifiste qui tue, à la fois icône féministe et objet sexuel, prêtresse du «bondage», tour en tour dominatrice et victime... et c'est justement ce qui fait sa force. Pour tout savoir sur celle «que le monde attend» encore et toujours. 

Who the f**k are the Guardians of the Galaxy?

Soumis par Francis Ouellette et Jean-Michel Berthiaume le 02/10/2014

Le film le plus attendu de l'été (si si!) et basé sur une série de comics assez peu connue, même chez les geeks les plus érudits. Pop-en-stock retrace les 50 ans d'histoire de cette équipe qui n'en est pas une et qui pavera la voie cosmique de l'univers marvelien au cinéma. 

Pages

S'abonner à Superhéros