Science-fiction

L'invraisemblable vraisemblance dans le Monde Perdu

Catégories: Science-fiction

«L'aventure introduit dans la lecture, donc dans la vie, la part du rêve, parce que le possible s'y distingue mal de l'impossible.» Entre la vie quotidienne et les voyages exotiques dans lesquels le danger et la mort peuvent frapper à tout moment, le lecteur n'est pas dupe de l'irréalisme des romans d'aventures. Toutefois, c'est là le propre de tout genre littéraire que de créer une invraisemblable vraisemblance qui ne fonctionne qu'à l'intérieur d'une œuvre de fiction.

Le monde perdu a 100 ans

Catégories: Science-fiction

Il y a 100 ans Arthur Conan Doyle se détournait de l'univers de la modernité qu'il avait réussi à réenchanter à travers la saga de son mythique Sherlock Holmes pour nous plonger à jamais dans son Monde Perdu (The Lost World). Publié en feuilleton dans le même magazine mythique qui avait fait triompher son détective, le Strand, le titre était en soi l'acte de naissance officiel d'un genre qui l'avait cependant précédé.

Mondes Perdus

Directeur(s): 
Catégories: Science-fiction

Il y a un siècle, au moment même où l'âge des explorations qui avait inauguré les Temps Modernes touche à sa fin (le 16 décembre 1911 Amundsen plante son drapeau au Pôle Sud, dernier point resté en blanc sur la planisphère), Arthur Conan Doyle se détourne de l'univers de la modernité holmésienne pour nous plonger dans son Monde Perdu (The Lost World). Le titre était en soi l'acte de naissance officiel d'un genre qui l'avait toutefois précédé, annoncé notamment par le Voyage au centre de la Terre de Jules Verne (1864).

Alien, une tératogonie de l'abjection

«Il y a une chose qui perturbe tout le monde et c'est le sexe... Je me suis dit: c'est comme ça que je vais attaquer le public; je vais l'attaquer sexuellement. Et je ne vais pas cibler les femmes dans l'audience, je vais attaquer les hommes. Je vais mettre toutes les images susceptibles de leur faire croiser leurs jambes de crainte. Viol oral homosexuel, reproduction... la chose pondant ses œufs dans votre gorge, la totale…»

Voyage au bout de la dystopie néolibérale

Écrit au cœur de la «Grande Récession» économique, Hunger Games (2008) éveille dès son titre le spectre du traumatisme qui le fonde, la paupérisation, voire tiers-mondisation de la «terre de l’opulence», «the land of plenty». Quatre ans après l’adaptation filmique s’inscrit toujours à l’ombre de cette angoisse, véritable retour du refoulé au sein du monde globalisé par l’hyperconsommation.

Pages

S'abonner à Science-fiction