Articles

Soumis par Catherine Côté le 09/08/2013 - 19:10
Catégories:

L’univers romanesque de Stephen King se déploie sur une toile d’intertexualité interne et de petites références qui tissent des liens entre la plupart des romans de ce géant de la littérature américaine. Des clins d’œil au roman «It» que l’on retrouve dans «Dreamcatcher» et «22/11/63» aux innombrables références à la Plymouth Fury de «Christine» ou au chien enragé de «Cujo», l’œuvre kingienne se lit comme un entrelac diégétique dans lequel les personnages sont tous liés les uns aux autres, de près ou de loin. Au centre de ce vaste univers tissé se trouve la série romanesque «The Dark Tower», dans laquelle on retrouve une multitude de personnages issus d’autres romans de King (comme le Père Donald Callahan de «Salem’s Lot» ou Ted Brautigan, le protagoniste de la nouvelle «Low Men in Yellow Coats»), et qui agit comme la série unificatrice de l’univers kingien.

Soumis par Martine Meloche le 09/08/2013 - 19:10
Catégories:

L’impact de l’œuvre de Stephen King sur la culture générale n’est plus à débattre. Le corpus de cet auteur se démarque entre autres par la quantité de publications le constituant. Mais une œuvre d’une telle envergure n’a pu laisser échapper quelques ratés, les plus importants se trouvant dans le dénouement de certaines de ces histoires. Nous nous concentrerons aujourd’hui sur certaines fins bancales de romans et nouvelles de Stephen King.

Soumis par Jean-Guy P. Ducreux le 09/08/2013 - 19:10
Catégories:

Résumant un demi-siècle de littérature critique sur les comics, David Reynolds conclut que le récit superhéroïque américain peut être considéré comme un mythe au sens classique du terme, dans une acception large allant de Platon à Malinowski (Reynolds, 2012). Fondamentalement, ce mythe donne une leçon théorique de morale platonicienne. Quel que soit le médium, le public absorbe le contenu éthique sous-jacent de ces textes et en tire des leçons utiles sur les normes d’une société S1

  • 1. Les États-Unis dans le cas qui nous occupe, mais, en profondeur, n’importe quelle société humaine.
Soumis par Isabelle Boof-Vermesse le 09/08/2013 - 19:10
Catégories:

 

Les dinosaures occupent une place à part dans le bestiaire de la culture populaire. Dans The Last Dinosaur Book: The Life and Times of a Cultural Icon (1998), W.J.T. Mitchell remarque que le dinosaure représente à la fois tout ce qui est complètement étranger à la nature humaine (c’est une créature à sang froid, reptilienne, avide) et tout ce qui lui est intimement associé (c’est une créature à sang froid, reptilienne et avide). Il n’est donc pas étonnant qu’il soit devenu un fétiche culturel (Mitchell: 68).

Soumis par Eric Lancelot Dupuis le 09/08/2013 - 19:10
Catégories:

Les recherches faites sur la téléréalité se sont largement intéressées aux produits des chaînes américaines et françaises pour établir les définitions des différents genres qui composent ce type d’émission. Comme l’indique Luc Dupont dans «Vingt-cinq ans de téléréalité: Quand la réalité dépasse la fiction»: «Malgré les différences, ces [genres] sont unis par deux valeurs communes: une emphase sur l’authenticité et sur le quotidien en tant que divertissement.» (Dupont, 2007: 277) Ces deux dénominateurs communs sont le sujet de plusieurs ouvrages, mais bon nombre d’auteurs se sont aussi concentrés sur d’autres aspects de cette forme de divertissement hypermoderne, que ce soit l’analyse des structures internes, des effets sur le public, de l’évolution du format, des stratégies publicitaires, etc.

Soumis par Claudia Jessica Dubé le 09/08/2013 - 19:10
Catégories:

Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, le déclin graduel de l’intérêt du public pour les superhéros (Wright: 72) incite certains joueurs de l’industrie de la bande dessinée à investir dans le genre moins exploité de la bande destinée humoristique destinée aux adolescents. Alors que la menace nucléaire représente un danger auquel les superhéros ne peuvent remédier de manière simple et définitive, les créateurs de bandes dessinées, malgré leurs nombreuses tentatives, échouent à offrir des solutions satisfaisantes et cohérentes à une situation réelle les inquiétant tout autant que le reste de la population (Wright: 72).

Soumis par Julie Levasseur le 09/08/2013 - 19:10
Catégories:

Privilégiant le privé au politique, le troisième long métrage de la cinéaste américaine Sofia Coppola, Marie Antoinette (2006), se présente comme un drame historique révisionniste. À la fois hué et acclamé lors de sa première projection au Festival de Cannes, le film propose une réactualisation du mythe de la dernière reine de France du point de vue du «deuxième sexe». Le présent article se penche sur la façon dont Coppola met en scène le processus de construction de l'identité féminine conduisant à l'isolement de la femme dans les structures de pouvoir masculines, ainsi que les moyens qui s'offrent à elle pour y échapper.

Soumis par Marie-Ève Groulx le 09/08/2013 - 19:10
Catégories:

Buffy the Vampire Slayer (BtVS) est une série télévisée créée par Joss Whedon, diffusée aux États-Unis sur la chaîne Warner Bros Television Network (The WB) de 1997 à 2003. La série comprend sept saisons d'une vingtaine d'épisodes de 45 minutes. Elle met en scène Buffy Summers, une jeune étudiante californienne «choisie» pour combattre vampires et démons (elle est la Chosen One, la nouvelle élue, d'une longue lignée de Slayers).

Soumis par Élizabeth Caron le 09/08/2013 - 19:10
Catégories:

La trilogie Fifty Shades of Grey (qui sera dorénavant nommée 50 Shades par souci de concision), classée dans la catégorie de la littérature érotique, a donné lieu à plusieurs débats concluant que le récit est sentimental bien plus qu’érotique. La structure du récit, la prépondérance des sentiments sur l’érotisme ainsi que la cure de douceur infligée aux pratiques sadomasochistes présentées ont suffi à plusieurs critiques pour ranger les livres parmi les romans à l’eau de rose.

Soumis par Bonenfant, Luc le 09/08/2013 - 19:10
Catégories:

Dans un documentaire de 2014 dont le titre –Do I Sound Gay?– en révèle de manière explicite le contenu, Ron Smyth, un professeur de linguistique de l’Université de Toronto, remarque que dans nos sociétés nord-américaines contemporaines, «un auditeur perçoit une voix à sonorité gaie comme une voix à sonorité féminine. Ceci indique un stéréotype d’ordre culturel. […] Les gens souhaitent que les hommes gais soient comme des femmes […]» (je traduis). De fait, comme l’explique ensuite le linguiste, si les gens souhaitent que l’homme gai soit comme une femme, c’est qu’il sera ainsi moins séditieux, qu’il pourra être rangé dans une catégorie qui reconduit en quelque sorte le confort de nos vies ordinaires et balisées. Pour frappante qu’elle soit, la remarque de Smyth reconduit un jugement de valeur attribué à ceux qu’on regroupe souvent trop rapidement sous l’étiquette du «monde ordinaire».