Articles

Soumis par Pascale Dubé Laplante le 09/08/2013 - 19:10
Catégories:

D’abord publié sous la forme de onze comic books sur près d’une décennie (1989-1996) (Lainé: 137), le roman graphique From Hell (1999) du scénariste Alan Moore et du graphiste Eddie Campbell dépeint les cinq meurtres canoniques associés à la figure évasive du tueur en série Jack the Ripper comme ayant été commandités par la reine Victoria d’Angleterre. La mise en scène des assassinats des prostituées Polly Nicholls, Annie Chapman, Liz Stride, Kate Eddowes et Marie Kelly, tous perpétrés à l’automne 1888, de même que leur motif, met en lumière les conditions de vie de ces femmes du quartier de Whitechapel, «éternellement défavorisées parmi les défavorisés» (Marx: 432), tout en jetant un éclairage particulier sur la ville de Londres. Du paysage urbain se détachent en effet plusieurs monuments architecturaux qui, dans le roman graphique, se voient investis d’un symbolisme macabre et qui deviennent notamment les signes visibles d’une lutte entre le féminin et le masculin, la folie et le rationnel. À ces bâtisses londoniennes, encore existantes de nos jours, sont associées maintes significations, et leur représentation contribue à la création d’un lieu particulier à l’univers diégétique de From Hell.

Soumis par Fabien Demangeot le 09/08/2013 - 19:10
Catégories:

Selon Adrienne Boutang et Cécilia Sauvage, auteures de l'ouvrage "Les Teen Movies", le teen movie est un genre multiforme et singularisant qui englobe un ensemble de sous-genres cinématographiques hétéroclites qui n'ont en commun que leur focalisation sur une tranche d'âge spécifique (Boutang et Sauvage, 2011: 10). Réservé en priorité à un public d'adolescents, le teen movie est une catégorie filmique plus riche et complexe qu'il ne paraît.

Soumis par Sophie Daste le 09/08/2013 - 19:10
Catégories:

Depuis la naissance de l’idole virtuelle japonaise HATSUNE Miku en 2007, son ascension ne cesse de croître de manière exponentielle, passant tour à tour des frontières du virtuel au tangible et de l’archipel nippon au reste du monde. HATSUNE Miku, spécificité au demeurant japonaise, entame sa campagne par le biais des réseaux de l’Internet dans lesquels sa nature participative envahit de multiples supports de diffusion (musique, roman, bande-dessinée (manga), dessin-animé (anime), jeu vidéo (geemu), logiciel, publicité...). Cependant, des œuvres précurseures avaient déjà annoncé la venue d’une telle créature nippone et anticipé son élévation future.

Soumis par Sophie Daste le 09/08/2013 - 19:10

Le «Cool Japan» est une expression controversée inventée par le gouvernement japonais en 2002 pour promouvoir la culture japonaise à travers le monde et en faire une arme diplomatique. De prime abord sympathique, cette stratégie politique n’est pas aux goûts de beaucoup de Japonais. Quels sont les enjeux officiels et officieux qui se cachent derrière l’expression teintée de joyeuseté «Cool Japan»? Quel rapport devons-nous entretenir avec cette expression? Comment pouvons-nous envisager l’exportation de la pop culture japonaise?

Soumis par Hadrien Ghekiere, Maxime Thiry le 09/08/2013 - 19:10
Catégories:

«The more successful the villain, the more successful the movie». Par ces mots, Alfred Hitchcock résumait une majeure partie de la production cinématographique mondiale et asseyait les fondements de ce qui suivrait, aussi bien au cinéma qu’à la télévision. La figure du méchant fascine et, depuis les années 2000, envahit le petit écran en ne se contentant plus des rôles périphériques: Tony Soprano, Dexter Morgan, Walter White ou encore Hannibal Lecter ne sont que des exemples parmi d’autres de protagonistes qui, non contents de semer le trouble entre le moral et l’immoral, embrassent complètement ce dernier à un moment de leur existence. Leurs actions ou occupations leur interdisent le statut de «gentil», même si la narration tend à nuancer leur position.

Soumis par Marion Gingras-Gagné le 09/08/2013 - 19:10

Dans une entrevue qu’elle donne dans le cadre de l’émission spéciale «Harry Potter and Me», sur la BBC en 2001, J.K. Rowling, l’auteure de la série à succès Harry Potter, témoigne de son étonnement. Jamais, même dans ses rêves les plus fous, elle n’aurait pu s’attendre à un tel succès ni n’aurait pu imaginer un tel engouement pour les aventures de son petit sorcier. Pourtant, les curieux l’ont noté, un des personnages de Harry Potter à l’école des sorciers prédisait un tel phénomène dans le premier chapitre, telle une prophétie, mettant en abyme le destin fabuleux de Harry Potter: «On écrira des livres sur lui. Tous les enfants de notre monde connaîtront son nom!» (ES, 22). La saga, vendue à plus de deux cent cinquante millions d’exemplaires, en soixante langues et dans deux cents pays (Bertrand, 79), est décidément un phénomène littéraire extraordinaire.

Soumis par Laurence Perron le 09/08/2013 - 19:10

 

It’s almost like I was born on the execution stand anyway. If not, I was born to my mother as she awaited execution. I’ve been standing in for her there ever since.
-Strange Circus

Soumis par Morgane Bianco le 09/08/2013 - 19:10

Deux espions de camps farouchement opposés et pourtant liés par le même modus vivendi: suivre les règles d’un jeu dont ils ne sont que les pions. Le fameux Max est, le temps d’un épisode, le jumeau maléfique d’OSS 117, le grand espion de la C.I.A. aux lointaines origines françaises. Cet as de l’espionnage a été le meilleur agent de M. Smith de 1949 à 1992 et dans plus de 240 épisodes. Née de la plume de Jean Bruce, l’écriture est devenue une affaire de famille puisque le flambeau a été repris par Josette, sa femme, en 1966 puis par ses enfants Martine et François en 1987.