Nous accueillons dans cette section des articles individuels sur toute question ayant trait à la culture populaire contemporaine et qui ne s’inscrivent pas (pour l’instant) dans aucun des dossiers thématiques proposés.
 
La longueur des articles est variable. POP-EN-STOCK accepte une limite inférieure équivalente à sept ou huit pages (3000 mots), afin de favoriser la publication rapide, mais peut aussi accepter des articles beaucoup plus longs selon l’offre (n’étant pas limitée par un impératif de préservation de la forêt boréale).
 
POP-EN-STOCK étant en perpétuelle évolution, certains de ces articles seront éventuellement intégrés à de futurs dossiers thématiques au fur et à mesure de leur création, selon des critères de cohérence et de pertinence.

Zone Libre

Résultats de la recherche

    À l’écoute du country, paradoxale pratique culturelle française

    Soumis par Paul Bleton le 07/01/2014
    Catégories: Esthétique

    Tout navigateur le sait bien, l’écoute est affaire d’âme et de gaine. Pour évoquer la musique country, de la première, c’est-à-dire la chanson, la musique, l’ordre des sons, il ne sera guère question ici, alors même que sa stabilité générique, compositionnelle, instrumentale, stylistique, lui procure une forte identité, déclenchant immédiatement attitude de réticence dégoûtée ou ironique ou confortable reconnaissance teintée d’enthousiasme.

    Vaincre Narcisse: Fun Home et l'essai introspectif

    Soumis par Andréane Cormier le 12/11/2013
    Catégories: Esthétique

    L’histoire littéraire est aussi l’histoire du rejet de nombreuses formes d’écriture. Celle des femmes, dont nous parle Virginia Woolf dans Une chambre à soi. L’écriture autobiographique, que Philippe Lejeune a tenté de légitimer depuis les années 1970. La bande dessinée, une «littérature» dédiée aux enfants qui les abrutissait et qui les incitait à s’adonner à la violence.

    Un sacrilège interactif: Dante's Inferno

    Soumis par Simon Laperrière le 15/10/2013
    Catégories: Culture Geek

    Dans une entrevue publiée en 1997 avec Pierre Assouline, Jean-Luc Godard insiste qu’il est tout à fait inutile d’adapter au cinéma de grandes œuvres littéraires puisque le résultat, selon lui, ne peut être que décevant: «Les chefs-d’œuvre, il faut les lire, pas les tourner. Faire un film avec le "Voyage au bout de la nuit", ça n’a pas de sens.»

    La ministre orang-outan et le bréviaire de la haine

    Soumis par Antonio Dominguez Leiva le 17/07/2013
    Catégories: Idéologie

    Samedi dernier, lors d'une réunion du parti anti-immigrés de la Ligue du Nord à Treviglio, le très polémique sénateur Roberto Calderoli déclara à propos de la ministre italienne d'origine congolaise, Cecile Kyenge: «Je me console quand je surfe sur internet et que je vois les photos du gouvernement. J'aime les animaux, les ours et les loups comme tout le monde sait, mais quand je vois les images de Kyenge, je ne peux m'empêcher de penser à des ressemblances avec un orang-outan, même si je ne dis pas qu'elle en soit un.» Cette «blague sympathique», selon les dires de Calderoli, a été reprise par des cyberactivistes qui ont échangé la page Wikipédia de la ministre par celle du Pongo, genre de la famille des hominidés auquel appartiennent les orangs-outans.

    Heads vs Puristes: le franglais dans le hip-hop québécois

    Soumis par David Paquette-Bélanger le 06/06/2013
    Catégories: Sous-cultures

    La revue Kinephanos publiait en juillet 2012 son troisième volume intitulé: «Plurilinguisme dans les arts populaires/Multilinguism in Popular Arts». Suivant la spécialisation de la revue, la plupart des articles s’intéressent au cinéma populaire. Il est toutefois intéressant de constater la volonté de publier deux articles qui prennent comme objet la langue écrite dans le hip-hop.

    La culture foodie: Food&Wine magazine vs Lucky Peach

    Soumis par Virginie Paquet le 04/06/2013
    Catégories: Sous-cultures

    Dans un long article du NYMag paru en avril 2012 et consacré à la culture foodie, le journaliste Michael Idov décrit ainsi la jeune femme qu'il a étudié et qui est à son avis l'archétype de la foodie: «Petite and stylish, with a self-­consciously goofy smile, Chang works in online and social-media marketing. She is, in culinary parlance, a civilian—her job has nothing to do with New York’s sprawling food industry or with the chattering class that’s gathered around it. Her leisure time and modest discretionary income, however, are devoted almost entirely to food and restaurants.»

Pages